ABSCHAUM

Depuis le début des années 2010, Chris Poincelot capture comme peu d’autres ont su le faire, l’essence des musiques synthétiques, la piégeant dans d’inextricables filets de voix noire et d’hypnotiques boucles de batteries et de guitare. Tel l’héritage de Suicide, Abschaum nous fait entrevoir avec émotion l’ombre d’Alan Vega, nous assourdit avec des riffs saturés à la Spacemen 3 et nous plonge dans une ambiance sombre et froide digne de Kraftwerk.